Blog

PARIS BREST PARIS par Freddy

Paris-Brest-Paris

Du 16 au 20 août 2015

 

Dimanche 16 août

            Avec Pascal Branly, nous sommes présents depuis le matin à Saint-Quentin en Yvelines au vélodrome national, lieu de départ duRésultat de recherche d'images pour "paris brest paris"        , afin de faire vérifier nos vélocipèdes et de finaliser les dernières démarches administratives.

            16H00 : Départ de la première vague, la vague A (Chaque vague comporte entre 250 et 300 cyclotouristes). Les vagues A à D ont choisi de faire le PBP en moins de 80 heures, les vagues E à U ont choisi moins de 90 heures.

            Puis les vagues s'enchaînent toutes les 15 minutes. La plus singulière est celle des vélos spéciaux (bien sûr, il y a les vélos allongés carénés ou non Résultat de recherche d'images pour "paris brest paris"   , les vélos tous chemins, les vélos décorés (il y en a peu), les mini-vélos stylo Brompton , les vélos avec pignon fixe, les vélos elliptiques (il faut être debout et l'on marche )        ,Résultat de recherche d'images pour "aventure paris brest paris"    les tandems à 2 ou à 3, les tricycles, les tricycles-tandem, les vélos pour amputés des jambes (il faut pédaler avec les bras), 2 Italiens sur des vélos Auto-vélo du début du 20ème siècle, et d'autres que je n'ai pas repérer...

            Cette journée se termine avec la vague U.

 

Lundi 17 août

            Il est 4h00 et nous nous réveillons. Notre hôtel F1 est à 3 km du départ. Le temps de nous préparer, 2 bonnes parts de flan et il est 4h20 quand nous quittons notre chambre. Lorsque nous arrivons au départ, nous nous rendons compte que nous sommes parmi les derniers. Les quatre vagues de ce matin ont choisi de faire le PBP en 84 h maximum.

            La vague W des vélos spéciaux est déjà sur la ligne de départ et ma vague, X, attend au pré-départ.

            5H00 ! Je franchis la ligne le dernier... Et je pense à ce défi fou : 1230 km en moins de 3 jours et demie et en autonomie complète !

 

Premier jour

            130 km sans arrêt jusque Mortagne-au-Perche. Pris dans le groupe et dans l'euphorie, nous roulons vite. Devant moi, il y a une file ininterrompue de loupiottes rouges, c'est superbe ! Je roule avec Éric, un gars de la Somme avec qui j'ai réalisé quelques brevets qualificatifs à Orchies. Je ne sais pas où est Pascal.

            Je ne vois pas le temps passé, le jour se lève et déjà je suis à Mortagne-au-Perche. Ce n'est  pas un contrôle ni un ravitaillement. Juste le temps de remplir les bidons et  je repars direction Villaines la Juhel (1er contrôle, 1er ravitaillement). Il est 12h30, j'entre dans Villaines la Juhel, je viens de faire 220 km en 7h30. Depuis le départ, je roule dans un groupe et ça aide.

            J'oubliais, entre Mortagne et Villaines, je double un gars de la vague N, puis je rencontre un asiatique de la vague J qui dort dans l'herbe sur le bord de la route. Dans une petite montée, un gars pousse son vélo caréné. Puis je croise trois gars partis la veille qui s'en retournent à Saint-Quentin. Moi qui ne pensais pas voir des cyclotouristes du dimanche avant le troisième jour au-moins, j'en découvre dès la première matinée. Quelles surprises ! Et ce ne sont que les premières...

            Quelques kilomètres avant d'arriver à Villaines la Juhel, un bruit étrange et inquiétant est apparu dans mon pédalier. Je ne m'en occupe pas plus que cela. Ce bruit disparaîtra un peu avant Fougère mais j'ai une étrange sensation dans mon pédalier, je ressens un petit accroc à chaque tour de pédale. Ce n'est qu'à Tinténiac que je montre le vélo au réparateur (A chaque point de contrôle : collège ou lycée, il y a un atelier réparation ; un service médical ; un dortoir souvent une salle de sport ; des toilettes, des douches et un réfectoire.), mon tube de pédalier est cassé. Heureusement, il peut le réparer. J'ai passé plus d'une heure pour cette réparation. C'est là que Pascal me rejoint !

 

            Jusqu'à maintenant, lorsque j'arrive à un contrôle (il faut passer devant le BIP électronique et  pointer son document), il y a au maximum une centaine de vélos. Mais les choses changent à Loudéac (km 449). Des vélos, il y en a partout, certainement plus de 1000  Résultat de recherche d'images pour "embouteillage vélo humour"  . Alors, il faut bien repérer où je met le mien. Il y en a autant parce qu'il est déjà tard (plus de 23h00), il y a ceux partis le matin qui sont sur l'aller et ceux partis le dimanche qui sont déjà sur le retour et beaucoup veulent dormir. Alors c'est l'embouteillage pour poser le vélo, l'embouteillage pour aller pointer, l'embouteillage pour aller manger, l'embouteillage pour aller aux toilettes, c'est l'embouteillage pour se doucher, c'est l'embouteillage pour dormir. C'est l'embouteillage partout ! C'est impressionnant ! Loudéac est le nœud de PBP. La ville se situe à environ au tiers et au deux tiers du parcours. C'est à ce moment, à cet endroit que je m'aperçois  qu'il faut gérer le temps. Dormir ici, c'est trop tard, il n'y a plus de place. Alors je repars mais je vais bien, je ne suis pas trop fatigué. C'est alors que me vient l'idée de dormir à la belle étoile, le prochain contrôle est un peu loin, la nuit je roule moins vite et tout doucement la fatigue arrive. Mais où trouver l'endroit idéal ?

            J'arrive dans un village où c'est la fête : SONO bien fort ! Tonnelle, crêpes, cidre, superbe accueil. Incroyable, la Bretagne, pays de vélo... Les villageois m'accueillent à bras ouvert. Voilà mon lit, c'est ce village. Le stand est installé près de l'église. Ni une, ni deux, je m'y installe. Je me sèche avec ma petite serviette, je mets des vêtements secs, j'enfile plusieurs épaisseurs, je sors ma couverture de survie et je m'allonge au pied de l'église sur de la mousse. J'ai installé mes vêtements du jour sur la haie afin qu'ils sèchent un peu. Un habitant voyant que je m'installe me propose, en anglais, un lit. Il est surpris lorsque je le remercie de m'entendre parler français et lui explique que je veux dormir un peu  Résultat de recherche d'images pour "dormir humour"  et que l'ambiance, la sono et les lumières me réveilleront. Il est 1h45 lorsque je regarde pour la dernière fois ma montre. Il est 4h15 lorsque je la regarde de nouveau. Comme prévu, le va et vient incessant des vélos, l'odeur des crêpes, la musique et les bavardages m'ont réveillé. J'ai dormi plus de 2h00 après avoir fait plus de 500 km dans cette première journée. Quel luxe !

 

Deuxième jour

            Je range mes vêtements de nuit dans les sacoches et enfile ceux que j'ai fait sécher mais qui ne le sont pas. Je grelotte. Rapidement, je repars dans la nuit. J'ai eu froid et j'ai toujours froid. Alors une seule solution, tout à droite et je force. Rapidement les dents cessent de claquer et je sens la transpiration qui refait son apparition sur mon front.

            J'oubliais de dire qu'en plus de la nuit, il y a du brouillard. Je roule au milieu de la route et je suis les bandes blanches. Le parcours quitte cette belle route (précision : le parcours est fléché sur les 1230 km) pour une petite route de campagne et là, plus de bandes à suivre. Où est la route, où commence le bas côté ? Il ne reste comme solution que de suivre les petites lumières rouges qui scintillent et me précèdent  .Résultat de recherche d'images pour "paris brest paris"

            C'est à ce moment que je prends conscience de ce phénomène. Les vélos sont devenus une file ininterrompue de plusieurs dizaines de kilomètres. Des vélos, il y en a des centaines derrière et devant moi, je ne ferai qu'en rattraper sans jamais arriver à remonter jusqu'au premier de la file. Toutes les lettres des vagues sont mélangées (sauf les A, B, C et D, les costauds qui veulent faire un temps). Quel spectacle ! Quel bonheur de vivre cela ! Je ne pense pas jusqu'à l'arrivée avoir comblé un trou de plus de 500 m sans aucun vélo.

            Mais il est 7h00 est j'arrive à CarhaixRésultat de recherche d'images pour "paris brest paris"   . Petit déj' : un plat de pâtes au saumon. Il faut ce qu'il faut ! Pâtisseries !  Résultat de recherche d'images pour "paris brest paris"  Et voici que j'aborde la partie la plus difficile du parcours avec le point culminant : Roc Trévezel (384m) .Résultat de recherche d'images pour "montée de roc trevezel"         La montée est longue mais la pente est douce alors pas besoin du petit plateau. Puis descente jusque Brest. Quelle vue sur la rade de Brest lors du passage du pont Albert Louppe. Depuis ce matin le soleil est présent et la journée est chaude. Depuis hier, le vent vient de trois quarts droite mais il n'est pas trop fort. Pas le temps de visiter. Je mange et discute avec trois Suisses et je repars vers Carhaix avec la remontée de Roc Trévezel.

            De nombreux Brestois nous applaudissent, nous encouragent « Bravo les gars pour ce que vous faites ! » C'est la première fois que l'on m'applaudit et que l'on m'encourage quand je fais du vélo.

            Au retour, à partir de Carhaix, je ne pensais plus croiser des cyclos qui étaient sur l'aller. Et bien quelle n'est pas ma surprise d'en voir et beaucoup, partis même le dimanche après-midi. Mon étonnement ne cessera que quelques kilomètres après Loudéac (environ 170 km de Brest) lorsque je croise la dernière cyclotouriste, une Chinoise avec un grand sourire et qui continue tranquillement sa route vers Brest. Elle est hors délai depuis longtemps.

            Voici Loudéac, énorme repas. Il est 21h00. Je décide d'avancer jusque Quédillac (Cela fera 339 km en ce deuxième jour) pour y dormir. J'y arrive fatigué, il est 23h00.

            Poser le vélo. Se diriger vers le gymnase.

  • Puis-je dormir ?
  • Oui, il y a de la place !

    En effet, une vingtaine de cyclos ronflent à qui mieux mieux sur de bons matelas.

  • Puis-je prendre une douche ?
  • Pas de problème !

    C'est le luxe ! Quel bonheur de se laver après 42h00 et plus de 800 km.

                Un bon matelas, une couverture. Je suis au chaud et je m'endors comme une masse. À la question « A quelle heure voulez-vous être réveillé, j'ai répondu que je me réveillerai tout seul, comme un grand. Cela a bien fait rire ! » Eh oui, les horaires de réveil sont parfois improbables : 3h45 pour l'un, 4h30 pour un autre, …

                Moi, c'est vers 2h30 que je me réveille. Il est trop tôt pour repartir. Le dortoir est comble. Je suis étrangement bien réveillé, très lucide (c'est ce que me diront plusieurs personnes au contrôle). Je comprend que je viens de faire les deux tiers du parcours en 2 jours. Il me reste 1 jour et demi pour faire 400 km. Je décide de modifier ma façon de rouler. J'ai 51 ans, je n'ai rien à prouver à personne, je sais que je validerai, sauf incident, mon PBP. Je suis venu voir ce qu'est le PBP alors, je vais en profiter. Mon second, le vrai, l'aventure PBPRésultat de recherche d'images pour "aventure paris brest paris"  commence maintenant...

                Je décide d'aller voir dehors. Première stupéfaction, le couloir d'accès au dortoir est comble. Des cyclos, les plus proches du dortoir, dorment par terre à même le carrelage ; les plus lointains dorment assis contre le mur, tête contre tête. Un bénévole réveille le premier de la liste et lui propose un matelas encore chaud qu'un cyclo réveillé et sur le départ vient de libérer. Je me fraye un chemin entre eux. C'est hallucinant !

                Sous la tente jouxtant l'entrée de la salle de sport, des dizaines de bénévoles réconfortent des dizaines de forçats de la route, hâves de fatigue, hagards, cherchant une place pour sommeiller. Certains se reposent assis sur une chaise, la tête reposant entre les bras posés sur une table.

                Je sors. Mon vélo bien rangé lorsque je suis arrivé a été déplacé par des bénévoles qui l'ont placé sur un autre et un troisième vélo est sur le mien. Les bénévoles sont dépassés par cet afflux ininterrompu de cyclotouristes.

                Un braséro réchauffe quelques malheureux. Que vont-ils faire ? Pas de lit, pas de sommeil réparateur. Seule solution, continuer ! Des cyclistes, il y en a partout.

                Je reviens sous la tente et essaye d'engager la conversation avec quelques souffre-douleurs. Peine perdue ! Un regard vague quitte la soupe chaude, se pose sur moi et, sans une parole échangée, replonge dans le bol. Unique consolation, j'ai offert un sourire. À un autre, je demande comment il va. Il ne comprend pas le français. J'ai plus de chance avec le troisième : « Ça va ? ». Les yeux ivres de fatigue, il me répond : « oui ! ». Je n'abuse pas et me retire, ne pouvant rien donner de plus qu'un sourire et un encouragement.

                Je discute avec quelques bénévoles et leur demande ce qu'ils font ici plutôt que dans un bon lit au chaud, chez eux. Certains me disent qu'ils vivent cette randonnée par procuration, incapables de la faire mais voulant ê

Lire la suite

brevet Gosnay du 31/01

Voilà déjà un mois de passé sur cette nouvelle année , aujourd'hui le temps n'était pas très engageant mais nous étions tout de même 24 personnes du club d'Houchin.

On se dirige vers Gosnay sur un train bien relevé , après avoir dit bonjour au collegue qui s'étaient rendus à la salle directement nous partons nous engager aux inscriptions.

Nous avons le vent favorable pendant quelques km, ça roule déjà fort... tout le monde s'accrochent mais certains en queue de peloton font déjà l'élastique.

A Robecq nous perdons Claude , Benoit et Raymond.

Après le ravito à Merville , le vent provoque des bordures certains extérieurs lachent et juste après c'est Coralie qui perd quelques mêtres suite à une relance , malgré quelques poussettes et un relais bien soutenu , nous ne parvenons pas à rentrer sur le groupe qui n'a pas décidé de couper son effort pour nous attendre ... Michel est le 1er a nous attendre, ce qui me permet d'en prendre 5 après ce long relais vent de face et enfin ! quelques cylos coupent pour nous attendre ... un autre groupe partira définitivement devant , nous les retrouverons qu'à la salle.

Coralie revenu dans le groupe retrouve un second souffle, ça roule moins fort mais la moyenne se maintient à près de 30 km/h , arrivés dans la seule difficulté du jour ( la montée sur Hinges) nous montons au départ au train mais ça dure longtemps... le coach prend l'affaire en main, il fait mal a certains! mais le groupe reste groupé tout de même , les 3 filles se tirent la bourre ...aucune décrochera , bravo .

Avant Chocques nous revenons sur Pierre et Jean Marc qui ont décrochés du groupe de devant, nous rentrons sur Gosnay avec 29,3 de moyenne , tous mouchetés par les éclaboussures des roues de celui de devant mais rien à voir par rapport au vététistes et marcheurs.

Un petit sandwich avec du bon paté de chez Millou et retour à la maison.

Un bon nettoyage de notre monture s'impose, la matériel à prix cher aujourd'hui.

A Dimanche prochain ... 

Sortie club du 24 Janvier

Malgré le petit crachin , nous avons de nouveau monopolisé la place d'Houchin dans sa totalité.

47 cyclos dont 3 féminines ( Anne,Coralie et Corinne) et quasi la moitié d'exterieur ( Xcteam,Barlin et d'autres), Jacky nous propose un parcours plat pour le début et très vallonné sur la fin.

Nous partons sur hesdigneul , gosnay , fouquereuil , chocques , gonnehem , lillers , ham en artois , Bourecq , saint hilaire cotes , lières , ames , bailleul les pernes , pernes ... a ce moment là les costauds partent sur Bours , le 2 ème groupe rentre par camblain ,marles etc... nous on va se faire des bosses !!! direction monchy breton , la comté  , houdain , rebreuve ranchicourt , barafle et "le dessert"  le Golf d'ohlain retour par barlin

je rentre à Bruay directement car je ne dois pas rentrer trop tard Résultat de recherche d'images pour "manivelle vélo humour" , 83.600 km , 785 m de dénivelé et 27,8 km/h de moyenne.

Super parties de manivelles Afficher l'image d'origine , toujours dans une super ambiance et avec un temps plutôt gris mais qui s'est maintenu.

A la semaine prochaine pour le brevet de Gosnay.

Philippe.

brevet lapugnoy

encore une petite coupe pour le club

Lapugnoy

brevet de lapugnoy du 17.01.2016

Bonjour à tous,

Un petit mot sur le brevet de ce matin à Lapugnoy , il fallait tout de même être bien couvert car 2°c ça pince un peu.

En arrivant à Houchin je m'aperçois qu'il y a du monde tout de même, à Lapugnoy d'autres houchinois nous attendent , Coralie à la haine car son pneu est crevé  Résultat de recherche d'images pour "pneu crevé humour" mais les copains sont là pour réparer celà ...

27 Houchinois et quelques extérieurs (toujours les mêmes) , je suis étonné de voir en rentrant que nous sommes 3 ème avec 21 inscrits ( il y en a qui ont eu du mal a sortir leurs 2.5 € du porte monnaie !!! pas bien ...).

Nous avons le plaisir de voir un ancien revenu parmi nous (Cédric) , le parcours est mitigé car la première partie du coté de Gonehem n'est franchement pas sympa , ça tournicote, les routes sont sales pas très large c'est plutôt dangereux mais le groupe se comporte super bien avec les coursiers Résultat de recherche d'images pour "coursier velo humour" devant qui tournent les jambes à 32 , 33 km/h sans relances après les virages , la 2 ème partie, plus valonnée mais bien moins stressante se tire dents serrées pour pas se faire lacher.

les filles (Anne et Coralie)  ont encore étonné voir écoeurée certains cyclistes qui se sont fait "enrhumer"  Résultat de recherche d'images pour "enrhumer vélo humour" par 2 gonz en pleine formeRésultat de recherche d'images pour "filles vélo humour"  , Anne s'est même permis de me passer de quelques mêtres dans la dernière bosse dans le bois entre Allouagne et Lapugnoy (attend que je reprenne le vélo de route puis tu va voir !!! lol).

Cédric s'est aussi bien accroché pour son retour mais il s'inquiète de voir comment ça roule déjà au mois de Janvier ... qu'est ce que ça va être en Avril !

A la salle , une pause s'impose avant un retour groupé enfin ! en haut de la côte de l'ammé ... Nous attendons pierre Yves lesté par la coupe qui fait "80 kg" . 

je rentre avec 71.5 km à 28.6 km/h de moyenne.

Encore un bon moment passé sur le vélo.

A Dimanche prochain.

philippe

sortie club 10 janvier

Encore du monde ce matin au parking d'Houchin mais un peu moins que dimanche dernier,le team VTTX de noeux étant  absent .33 cyclos d'aprés Freddy qui termine le CR de son paris brest paris

Afficher l'image d'origine Notre président est toujours en phase d'hibernation ou plutôt  recyclé  dans le club marche Résultat de recherche d'images pour "dessin humour marche pied"

2 féminines sont présentes  :Coralie et nathalie . Le menu du jour prévu par jackie direction anvin donc aller contre le vent .Comme tous les dimanches guillaume coache énergiquement nathalie qui a du mal à se placer et quii fait l'élastique Afficher l'image d'origine Arrivés  à monchy breton  nous prenons  à droite pour la Thieuloye puis  valhuon puis Tangry  .Le rythme s'accélère  .Nous faisons un petit grupetto avec pierre,christian et Olivier .Regroupement à Tangry où nous prenons l'itinéraire de délestage avec pierre yves .Vent plutôt dans le dos c'est plus facile!Afficher l'image d'origine au total 57km à 26.5 de moyenne bon  dimanche jean michel 

Lire la suite

Stage vélocambrils

souvenir de stage en espagne en mai dernier

Sortie club 3 janvier

Encore un peloton  bien impressionnant ce matin  à 9H sur le parking d'houchin:au moins 40 cyclos ,les sympathisants habituels mais aussi les coursiers du VTT XC  Team   de noeux   venus en club.Le colonel est venu en civil et en piéton prendre un bain de foule et souhaiter la bonne année. Pierre est le guide de la matinée .Aprés seulement 5 km la 1ère crevaison de l'année est pour moi  Résultat de recherche d'images pour "humour crevaison"Guillaume mon mécano privé Lille hardelot16 répare vite fait.Nous abordons rapidement la côte de Bouvigny qui disloque le volumineux peloton.Le regroupement s'effectue  à Servins.

Direction ensuite villers au bois,mont saint éloi (sans monter la côte) ,neuville saint vaast puis  pause ravito au mémorial canadien Img 20160103 102648 où nous nous rendons compte de la présence par exemple de jean francois et alban pas encore vus de la matinée compte tenu du monde .Dans la descente quelques coureurs dont freddy ,anne  partent dans une mauvaise direction.Nous les attendons  à angres avant de récupérer le peloton à Souchez en raison d'une 2ème crevaison.C'est ensuite programme à la carte : montée de la voie blanche ou non selon l'humeur et les jambes du jour. Laetitia est victime d'un saut de chaine en bas de la montée je l'attend avec jackie et dominique.Nous retrouvons le peloton  au sommet avant de redescendre sur ablain .Le retour s'effectue  à vive allure :ça pète et ça décroche de partout

Même philippe victime de la lourdeur de son VTT  décroche  .Je m'accroche  à la roue de laetitia pour ne pas être largué avant une petite accalmie  à servins  .C'est ensuite la descente sur hersin où je quitte le peloton en même temps qu'alain pour rentrer.Au total 75 km  à 26 de moyenne et quand même 730m de dénivelé  .Bonne semaine jean michel